L’entretien des ruches

vendredi 4 avril 2014
par  Louis DUBOIS

L’entretien du matériel

Les ruches :

Les ruches doivent être nettoyées et remises en état périodiquement.

Pour le bien-être et la santé des abeilles, l’intérieur de la ruche doit être régulièrement gratté et passé à la flamme pour désinfection (attention ! jamais de peinture à l’intérieur d’une ruche !!).

Au rucher :

Les cadres de la ruche à remettre en état sont transférés dans un corps de ruche propre placé à l’endroit où se trouvait celui que l’on vide, par beau temps (température aux alentours de 20°) pour ne pas refroidir le nid, et placés dans le même ordre dans leur nouveau logement.

A l’atelier :

L’ancienne ruche est grattée en même temps que passée à la flamme (ce qui permet de mieux enlever la propolis qui ramollit en étant chauffée)
On y réalisera tous les travaux de restauration que l’on estime nécessaires dont la peinture.

La peinture suédoise

La plupart des peintures que l’on trouve dans le commerce contiennent des substances chimiques nocives pour les insectes.
Il est possible d’entretenir le bois avec un mélange d’huile de lin et d’essence à la térébenthine (50/50), cette solution laisse le bois naturel, ce qui n’est pas forcément laid mais peut manquer de couleur.

La « peinture suédoise » ou peinture à l’ocre peut être une bonne solution : on la fabrique soi-même, elle est économique, facile à faire et a de bonnes qualités de protection du bois, elle est anti-U.V. et décorative.
Les matières premières sont faciles à trouver, elles sont naturelles.

JPEG - 28.1 ko

Les ingrédients :
- de l’eau
- de la farine (blé ou seigle)
- un pigment naturel : de l’ocre
- du sulfate de fer
- de l’huile de lin
- du savon noir liquide (ou du savon de Marseille)

Le matériel :

Marmite, fouet, cuillère en bois.

La recette  :

Pour faire 10 litres de peinture Suédoise :

Délayer 700 g de farine dans 1 litre d’eau. Porter à ébullition cette sauce blanche, allongée progressivement avec 7 litres d’eau. Pigmenter avec 2 kg d’ocre et ajouter 200 g (ou 2 dl) de sulfate de fer. Chauffer la préparation 15 minutes.

Ajouter 1 litre d’huile de lin. Cuire à nouveau pendant 1 quart d’heure, tout en remuant. Ajouter 10 cl de savon noir, cela favorisera l’émulsion de la peinture.

Une fois refroidie, la peinture est prête. Rectifiez la consistance si besoin (normalement assez épaisse) avec un peu d’eau.

Poser avec une brosse ou un pinceau large. Cette peinture naturelle tiendra 5 ans sans problème, même dans un climat difficile. Rafraîchir la peinture tous les 2 ans garantit une protection maximum du bois.

Pour un bois neuf, passer une couche de la peinture diluée de 10 à 20 % d’eau. Cette couche fera office d’apprêt. Attendre 24 heures et passer une seconde couche (non diluée) pour la finition.
On peut utiliser cette peinture pour l’intérieur ; il n’est alors pas nécessaire d’incorporer du sulfate de fer.

Source :Peindre et décorer au naturel – Nathalie Boisseau ( édition Alternatives)

Vous trouverez de l’ocre de différentes teintes sur internet ou dans des magasins spécialisés. Attention tous les pigments que l’on vous propose ne sont pas forcément d’origine naturelle.


Portfolio

JPEG - 19.2 ko

Navigation

Articles de la rubrique

  • L’entretien des ruches